Trouver les chemins de la Smart Mobility

Optimiser la gestion des équipements, promouvoir des modes de transport éco-responsables tout en révolutionnant l’expérience des usagers. L’équation semble quasi impossible à résoudre pour les villes. Et si de nouvelles technologies les y aidaient ?

État des lieux

Entre données hétérogènes et pure-players à l’affût

Mobilité 3.0, transport intelligent, mobility as a service… quel que soit le nom qu’on lui donne, la Smart Mobility représente un enjeu majeur pour les « villes-mondes ». Alors même que 60 % de la population sera urbaine d’ici 2030 selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), les citoyens attendent désormais des informations en temps réel, des modes de transport éco-responsables, un paiement sur smartphone… En bref, une expérience moderne, multimodale, éco-responsable et sans couture de porte à porte. En parallèle, les acteurs de la mobilité entendent optimiser leur gestion des équipements et des infrastructures de transport pour réduire les coûts et les émissions de carbone.

Smart MobilityOr, pour s’engager dans une telle démarche, les opérateurs de transport comme les villes font face à de nouveaux challenges. Le premier est lié au « big data » : comment agréger et normaliser des données de sources hétérogènes (systèmes de billettique, capteurs sur les équipements, lecteurs de badges…) ? Le deuxième défi a trait à l’IoT1: comment interconnecter des équipements (véhicules, bornes, rames de métro, arrêts de bus…) aux protocoles hétérogènes ? Dans le même temps, les informations voyageurs doivent être fournies de manière contextuelle. Un touriste et un professionnel en déplacement n’auront ainsi pas les mêmes attentes. Sans oublier que la smart mobility se place désormais au centre des politiques urbaines afin d’améliorer la qualité de l’air, de valoriser certains quartiers, de développer de nouvelles zones résidentielles, etc.

Autant d’enjeux que Pure Players et Gafa (Google, Apple, Facebook et Amazon) ont bien compris. Déjà, Google tente d’influer sur les politiques urbaines via sa filiale Sidewalk Labs et s’allie à la « licorne » française Blablacar pour proposer des trajets en covoiturage directement sur Google Maps. Apple, de son côté affiche les horaires des transports urbains en temps réel dans plusieurs villes d’Irlande quand Waze espère fournir des alertes trafic elles-aussi en temps réel via un partenariat avec le spécialiste HAAS Alert. Le risque pour les villes est clair : laisser des acteurs tiers guider les utilisateurs en pesant directement sur les politiques urbaines.

1 Internet of Things = Internet des objets

Relever le défi

Emprunter la route des usagers

Face à ces challenges considérables, comment mettre en œuvre une démarche de Smart Mobility rationnelle au sein des villes ? Tout part de l’expérience voyageur. L’idéal consiste ainsi à définir des « customer journeys », des voyages porte à porte types avec un nombre défini d’étapes. Pour chacune de ces étapes, reste ensuite à lister les informations et services qui doivent être fournis à l’usager puis les données à collecter et à normaliser. De cette manière, les acteurs de la mobilité concentrent leurs efforts sur les seules données qui ont un intérêt pour l’usager.

Côté équipements, les technologies prédictives développées sur quelques cas d’usages permettent d’envisager de réels gains dans le but de fluidifier le trafic et de réduire les coûts. Par exemple, certains prédisent les déplacements et les pics d’affluence à J-2 en fonction des requêtes Google. D’autres tentent d’anticiper les aléas de trafic afin d’optimiser la planification des transports.

De manière générale, les acteurs de la mobilité vont devoir se tourner peu à peu vers des protocoles standards ou vers des API et webservices. Objectif ? Faciliter l’interopérabilité des plates-formes de collecte de données, des équipements et des capteurs au sein d’une même organisation comme en dehors, pour fournir une information fiable et temps réel aux voyageurs.

Dans ce cadre, il devient fondamental de se doter d’une plateforme big data de gestion des données robuste, capable de gérer des outils d’analyse puissants, ainsi que les pics de requêtes. Dès lors, une infrastructure informatique au taux de disponibilité dépassant les 99,9 % se révèle également indispensable.

La parole de l’expert

Travailler main dans la main avec l’usager

« Tout projet de Smart Mobility se pense autour de l’usager avant tout. Dès lors, il est indispensable de l’inclure dès les premiers workshops puis de définir, avec lui, des itinéraires types et les services dont il a besoin. »
Lionel Bry, Global Solutions Manager, Gfi Informatique

La solution Gfi

Intelligent Urbain Exchange (IUX)

La plateforme big data IUX de Gfi Informatique est une solution globale dédiée à la smart city. Transport, mobilité, énergie, eau, e-gouvernement… la plate-forme permet aux villes ou aux opérateurs de disposer de tableaux de bord intuitifs pour prendre de meilleures décisions et de développer des solutions modernes (applications mobiles, nouveaux services en ligne, etc.).

Télécharger

Mots clésSmartCity

Articles liés

Partager