Gfi en direct de la finale du Coopérathon 2018

La finale de la première édition française du Coopérathon s’est achevée le 30 octobre. Simples à mettre en œuvre ou ambitieux, tous les projets étaient portés par la volonté d’améliorer la société. Quatre ont été primés.

« Une compétition exceptionnelle ! » « Un événement hors du commun qui transcende et fait des choses magnifiques. » « Une culture de l’innovation. » « Enrichir la vie. » « Générer de l’espoir. » « Une vraie humanité. » Les superlatifs ont fusé sur la scène de l’Elysée Montmartre à Paris où se déroulait, mardi 30 octobre, la finale de la première édition française du Coopérathon dont Gfi Informatique est partenaire. Il est vrai que cette compétition est inédite en son genre et sur sa longueur. Initié en 2016 par la banque Desjardins au Canada, cet événement est qualifié de « plus grande compétition d’innovation ouverte au monde », aux dires des représentants de la BRED-Banque Populaire, organisateurs de ce « mouvement » sur le sol français.

Qu’on en juge. « Ouvert à tous », le Coopérathon s’inscrit comme un terreau de projets susceptibles d’améliorer la société autour de quatre thématiques : Santé, Finance, Education et Environnement. La durée exceptionnelle de la compétition – 25 jours ponctués de 5 ateliers « Sprint » de travail – a permis aux participants de se constituer en équipes, de définir leurs projets, les modéliser et apprendre à les présenter en 3 minutes. La formation était assurée par des « facilitateurs » (des animateurs de Le Laptop et MakeSense) et des « mentors » bénévoles. « Un dispositif unique d’accompagnement », a souligné Alexandre Dupont-Vernon, responsable innovation de la BRED en charge de l’organisation de la compétition sur le sol français et maître de cérémonie de la soirée. En France, le défi a séduit 260 personnes réparties entre Paris, la Normandie et Tahiti (1 240 au Canada) qui ont développé 30 projets (104 outre-Atlantique).

Mais moins de la moitié, 13 précisément, ont retenu l’attention des organisateurs et partenaires (IAE Paris pour l’Education ; Derichebourg Environnement pour l’Environnement ; la BRED pour la Finance ; Advanced Schema pour la Santé) à l’issu des pitchs livrés par les équipes le 20 octobre dernier : Wastity, Impact in Fact, OzDon et Invasive Solutions (pour la catégorie Environnement) ; GreenTrip, DifEasy et TogetherWe (catégorie Education) ; Parent(Aide), Smart et Iris (Finance) ; WalkUnited, Agil’x et Hus Team (Santé). Au terme d’une délibération « parfois difficile », les membres du jury ont primé Invasive Solutions, Parent(Aide), WalkUnited et DifEasy. Chacun est reparti avec un chèque de 3000 euros. DifEasy a également reçu le Prix international délivré par l’Office Franco-Québecquois pour la Jeunesse (OFQJ) avec, à la clé, un voyage programmé au Québec pour rencontrer institutionnels et investisseurs potentiels.

DifEasy : un projet concret et réalisable

Soutenir la prise en charge d’enfants dyslexiques et dysphasiques en milieu scolaire, telle est l’ambition de l’équipe doublement primée. Le projet vise à intervenir sur deux demi-journées dans les écoles afin de sensibiliser les enseignants à ce handicap difficile à diagnostiquer et soutenir les parents souvent désemparés. La première en fin d’année scolaire pour aller à la rencontre des enseignants. La seconde, le 10 octobre (10/10 pour « DYSphasie/DYSlexie ») avec un programme ludique pour révéler les capacités des enfants malgré leur handicap. « On a pris des contacts avec l’Inspection académique et des associations, on va essayer d’organiser la première demi-journée en juin 2019 dans une école de Créteil », avance Sylvia Lembo. Pour elle, c’est l’aspect concret et réalisable du projet qui a beaucoup joué dans l’obtention du prix. Dans un second temps, DifEasy espère lancer une application/plateforme pour faciliter la mise en relation des différents acteurs : parents, enseignants, secteur médical, associations.


DifEasy, lauréat du prix Education, lancera sa première action en milieu scolaire en juin 2019 (photo extraite de Twitter)

Parent(Aide) : un projet porté par le Coopérathon

Côté finances, Parent(Aide) veut développer un ensemble de solutions pour maintenir autonomie financière des aînés malgré la perte de leurs facultés cognitives. Carte sans contact de porte-monnaie électronique, carte lecteur d’empreintes digitales, système de sur-validation de paiement à distance, interface bancaire allégée autour du seul suivi des comptes… les solutions avancées par l’équipe sont techniquement ambitieuses. D’autant « qu’on est parti de rien, on s’est rencontré lors des pitchs de la soirée de lancement », raconte Chantal Landi. « Le Coopérathon prouve qu’on peut porter un projet pour arriver à un vrai engagement. » La prochaine étape consiste maintenant à obtenir le soutien d’une structure bancaire. « On va voir comment la BRED va réagir. » Il ne serait pas étonnant que Parent(Aide) soit prochainement incubé par la banque mutualiste.

Parent(Aide), un projet « parti de rien » récompensé dans la catégorie Finance
Parent(Aide), un projet « parti de rien » récompensé dans la catégorie Finance

WalkUnited : une application de santé solidaire

Vainqueur de la catégorie Santé, WalkUnited entend convertir la marche à pieds en dons à des associations solidaires. « Nous avons eu l’idée de faire d’un geste bon pour la santé un acte solidaire », explique Edouard Phalippou. Transformer la marche en don passera par une application podomètre de mise en relation sponsors et marcheurs qui choisiront les associations à supporter. Venue de Normandie, l’équipe de WalkUnited se montre très motivée. « Nous commençons le développement de l’application dès demain pour la lancer début 2019 », avance le responsable marketing de l’entreprise aujourd’hui hébergée par l’incubateur Scène Innopolis à Rouen. Ambitieux, les trois associés de la jeune pousse réfléchissent déjà au déploiement du projet à l’international.

WalkUnited WalkUnited veut allier santé par la marche et soutien aux associations solidaires

Faute de leur présence à Paris, nous n’avons pas eu l’occasion d’interviewer les tahitiens de Invasive Solutions qui, dans la catégorie Environnement, entendent remplacer le plastic des contenants à usage unique par un composant naturel à base de feuilles de Miconia.

Les Tahitiens de Invasives Solutions apprennent leur victoire par Skype
Les Tahitiens de Invasives Solutions apprennent leur victoire par Skype

« Ne lâchez rien »

Au-delà du coup de pouce financier pour les lauréats, le Coopérathon sert avant tout de point d’impulsion à l’ensemble des projets. « Ne lâchez rien, cette compétition n’est que le début du mouvement, creusez votre sillon », a encouragé Olivier Lendrevie, directeur général adjoint de la BRED, en clôture de la finale. « 50% des projets seront encore en vie dans six mois et certains deviendront de belles entreprises. »

C’est en tout cas l’intention affichée de nombres d’équipes que l’absence de récompense n’a pas découragées. Notamment Agil’x, qui entend mêler service IT et management pour améliorer les services de soins en milieu hospitalier. Ou encore Smart, qui développe une IA de mesure de l’impact des entreprises sur la société afin qu’elles valorisent leurs investissements responsables. Rencontrés en amont et en aval de la finale, leurs porte-paroles nous ont confirmé l’avancée de leurs travaux et leur intention d’aller jusqu’au bout du projet.

Les investisseurs intéressés pourront donc étudier leurs projets de près sans attendre ceux de la prochaine compétition franco-canadienne. Encouragé par le succès de cette première édition, le Coopérathon 2019 s’étendra à l’échelle nationale, a promis Olivier Lendrevie. Fort de sa quarantaine d’agences sur le territoire, Gfi pourrait apporter un sérieux coup de pouce à l’organisation pour accueillir l’avalanche de projets innovants en perspective.

Alexandre ChkirateAlexandre Chkirate, Responsable Innovation Banque & Assurance - Gfi Informatique, a assuré la coordination du Coopérathon 2018 pour Gfi.
Entre ses mains, le tee-shirt signé de plusieurs participants.

A lire aussi : Coopérathon 2018 : Gfi accueille une usine à innovations

Mots clésInnovation

Articles liés

Partager